ovarium_blog_article_douleur-2_vFinal

La science au service de la résilience

Un article de Gordon Pigeon

Un Canadien sur cinq souffre de douleur chronique ! C’est beaucoup… trop ! Blessure sportive, chute rébarbative, maladie combative, la douleur ne manque jamais une occasion de s’installer. Comme si elle était chez elle dans notre corps. Pour déloger l’intruse, l’Ovarium offre des solutions novatrices faisant appel aux neurotechnologies. La science au service du bien-être, voilà une avenue que ce spa unique explore depuis… 1982.

Le cerveau des personnes souffrantes produit généralement une quantité insuffisante d’ondes alpha et theta. Un constat qui se dégage de plusieurs études, dont celle du psychiatre Flavio Frohlich, publiée en 2018 dans le Journal of Pain. En fait, les scientifiques s’intéressent depuis longtemps à l’effet bénéfique sur la douleur d’une production accrue d’ondes cérébrales alpha ou theta. En 1990, par exemple, le Forest Institute of Professional Psychology publiait les résultats d’une recherche éloquente à cet égard.

Or, l’Ovarium propose deux dispositifs d’avant-garde destinés à favoriser la production d’ondes alpha et theta par le cerveau : le PSiO et le NeuroSpa. Deux soins dont les effets s’étendent d’ailleurs bien au-delà des ondes cérébrales.

Le PSiO, bien au-delà de la luminothérapie

Qu’est-ce que le PSiO ? Il s’agit d’une paire de lunettes très sophistiquées, conçue par une équipe multidisciplinaire belge. Ses verres diffusent de la lumière et des jeux de couleurs synchronisés avec de la musique. Au-delà des programmes développés spécifiquement pour contrer la douleur, qui comportent de la voix en plus d’une trame musicale, plusieurs sessions favorisent une relaxation très profonde. Un état qui nous aide à mieux composer avec la douleur.

Dans leur démarche thérapeutique, les concepteurs du PSiO n’ont rien laissé au hasard. Par exemple, les fréquences de la lumière pulsée ont été soigneusement choisies en fonction de leurs effets spécifiques sur le cerveau. La stimulation visuelle et auditive permet notamment de mobiliser entièrement notre attention. En conséquence, celle-ci n’a d’autre choix que de se relâcher.

Voilà ce qui rend possible l’obtention du fameux « lâcher prise », si difficile à atteindre par la simple volonté. Puisque l’attention concentrée sur la douleur consomme beaucoup d’énergie, ce relâchement se révèle très récupérateur. Il est en outre essentiel pour déjouer le cerveau. En effet, la production accrue d’ondes alpha et theta lui fait d’une certaine façon « oublier » la douleur. Voilà pourquoi ces lunettes sont largement utilisées dans les cabinets de dentiste européens, par exemple.

Le NeuroSpa, un lit pour échapper aux cris du corps

Invention québécoise, le NeuroSpa est un lit zéro gravité destiné à favoriser une synchronisation mentale et physique complète. Il s’agit du premier système destiné à produire de la musique à l’intérieur-même de notre corps, qui se transforme alors en véritable enceinte acoustique. Bien sûr, certains programmes favorisent résolument l’émission d’ondes alpha et theta par le cerveau. Cependant, l’effet thérapeutique du NeuroSpa va bien plus loin.

Lors d’une séance, en effet, la musique et les vibrations communiquent directement avec le système nerveux central par le biais de la colonne vertébrale. Or, ces vibrations acoustiques et physiques atténuent graduellement les tensions provoquées par la douleur ou le stress. Ici, non seulement l’attention du cerveau est détournée de la douleur, mais ces fréquences intracorporelles agissent directement sur l’organisme, dont elles stimulent les muscles et les divers organes. Ainsi, le NeuroSpa est notamment associé à une réduction de la tension et de l’inflammation musculaires ainsi qu’à l’atteinte d’un profond niveau de relaxation.

Somme toute, au-delà de la massothérapie et du bain-flottant, dont l’efficacité pour se libérer de la douleur est amplement reconnue, l’Ovarium propose des solutions résolument novatrices pour nous aider à atteindre cet objectif… et à reprendre le contrôle de notre vie.