Passeport Santé parle de synchronisation des ondes cérébrales

Connaissez-vous Passeport Santé? C’est la référence Web en matière de renseignements sur la promotion de la santé, la prévention de la maladie et l’utilisation judicieuse des médecines alternatives et complémentaires en conjonction avec la médecine classique. En janvier dernier, le portail santé du Québec a publié un article intéressant sur la synchronisation des ondes cérébrales. La clientèle d’Ovarium connait bien cette approche qu’elle expérimente avec le Pulsar.

Progrès technologique

On y apprend que sur le territoire énigmatique qu’est le cerveau, il n’y a pas que les produits pharmaceutiques (ajoutons aussi les psychotropes de rue) qui peuvent intervenir dans sa chimie. Grâce au progrès technologique, il y a divers outils ou moyens qui peuvent modifier également les mécanismes physiques. Ainsi, en écoutant des enregistrements conçus à cet effet ou à l’aide de petits appareils émettant des signaux lumineux, semblables à des stroboscopes, on peut accélérer ou ralentir les ondes cérébrales ou encore synchroniser les ondes de l’hémisphère droit avec celles de l’hémisphère gauche.

Triper sans drogue

Toutefois, et les auteurs le précisent bien, la modification du rythme des ondes cérébrales ou leurs effets (transe, bien-être, etc.) peuvent découler également d’autres activités : « le battement régulier des tambours, même que le chant grégorien ou des activités physiques rythmées comme la marche procurent, à la longue, cet effet. » Dans mon temps, et de concert avec le réputé Dr Andrew Weil (The Natural Mind et Chocolate to Morphine) et du Dr William Glasser (Les drogues positives), j’appelais cela : «Triper sans drogue»! À la différence que la technologie moderne permet d’atteindre ces résultats en un rien de temps, écrivent les auteurs de l’article.

Outil thérapeutique?

Comme l’évolution technologique dans ce domaine en est à ses premiers pas, comparativement, à la pharmacologie, il existe présentement peu d’études pouvant documenter les caractéristiques, les champs d’application et les résultats des appareils synchronisateurs d’ondes cérébrales. Celles relatées par les auteurs ont montré certes des résultats intéressants dans la diminution de l’anxiété légère et une diminution de la prise d’anesthésiants avant une opération. Cependant, il faudrait plus d’études probantes pour confirmer les appareils synchronisateurs d’ondes cérébrales comme outil thérapeutique.

L’outil qui fait du bien!

Pour moi comme pour les clients et les clientes amateurs de Pulsar, ce n’est pas tant «l’outil thérapeutique qui peut aider médicalement» qui nous intéresse que «l’outil qui nous fait du bien». Même s’il serait bienvenu que des études confirment les capacités du Pulsar à favoriser la détente légère comme la relaxation profonde, le sommeil ou l’expérience d’états modifiés de la conscience, devons-nous attendre ces analyses avant de bénéficier de ses avantages?  Je me rappelle les débuts du bain flottant. Les spécialistes de la relaxation doutaient de cette approche et il n’y a avait pas d’études dites sérieuses pour venir confirmer ses effets thérapeutiques et pourtant! Et pourtant, on n’avait qu’à regarder le visage et les yeux des personnes qui venaient de flotter pour observer la présence d’un état de bien-être… qui ne pouvait qu’être bénéfique pour leur santé. Les études sont venues confirmer ces résultats plusieurs années après.

Faire le point

Néanmoins, il reste que dans un monde où les charlatans sont nombreux à promettre des élixirs vides ou dangereux, il est bon que des organisations comme Passeport Santé et son équipe de journalistes spécialisés publient des articles qui font le point sur les connaissances et les diverses approches en santé. Je vous invite donc à lire l’article au complet : Synchronisation des ondes cérébrales

___________________________________________________________________

Poursuivez votre lecture avec :

The Natural Mind,  An Investigation of Drugs and the Higher Consciousness, Andrew Weil MD

Chocolate to Morphine: Understanding Mind Active Drugs, Andrew Weil MD & Winifred Rosen

Les drogues positives par Dr William Glassner (disponible dans la plupart des bibliothèques publiques et dans certaines librairies commerciales.

Notez que l’article sur Passeport Santé propose une plusieurs références qui méritent un coup d’oeil.

___________________________________________________________________

Visionnez le reportage sur le Pulsar à Ztélé via Wideo

Découvrez la campagne Chatouilles tes neurones

1 commentaire

  1. Loïc

    Moi Pulsar m’aide à dormir !

    J’ai des insomnies fréquentes… Depuis que je viens une fois par semaine faire une séance de Pulsar: c’est fini l’insomnie.

    Bravo l’Ovarium pour cette belle découverte et de nous la partager.

    Loïc