article bain new york times

Les nouveaux convertis aux Bains-Blottants

logo-facture-boutique

Dans un article du New York Times publié le 2 décembre 2015, la journaliste Courntey Rubins parle des « nouveaux convertis aux bains-flottants ». Elle fait mention de Gina Antioca qui décide de quitter son emploi comme directrice de banque pour ouvrir son propre centre de bains flottants à Brooklyn. Elle remarque une baisse substantielle de son niveau d’anxiété et une grande amélioration de la qualité de son sommeil à la suite d’une première séance. C’est au printemps 2015 que Mme Antioco et son associé ouvrent le centre « Lift/next level floats » offrant trois bains flottants à 99 USD par heure de flotte.

L’actrice Jessica Pimentel de la télésérie « Orange is the New Black » est une cliente régulière du centre Lift. Elle parle des bienfaits des bains-flottants sur sa santé physique et convertit ses amis, son frère, sa belle-sœur ainsi que Joe Caputo qui est aussi acteur dans « Orange is the New Black ». Dans l’article, on compare les bains-flottants à l’acuponcture et au yoga.

La compagnie « True Rest », fondée par Nick Janicki, va s’associer à une grande chaine de centre de conditionnement physique en mai prochain. Ils planifient installer trois bains-flottants en fibre de verre dans les trois prochains centres à ouvrir et de rapidement augmenter à 20 autres. Comme Gina Antioca, M. Janicki a aussi quitté son emploi pour se dévouer à la cause après une seule séance de flotte.

Les bains-flottants gagnent en popularité chez les athlètes élites, spécialement chez les joueurs de football et les combattants d’arts martiaux mixtes. Tom Brady le quart-arrière des Patriots de la Nouvelle-Angleterre est propriétaire d’un bain flottant provenant d’une compagnie dont les tarifs commencent à 22,500 USD.

Les Centres de bains-flottants aiment mettre l’accent sur les bienfaits que la thérapie apporte à la créativité. Dans les lounges post-flotte de décompression du centre Lift, les visiteurs peuvent écrire dans des journaux leur expérience ou jouer avec deux kaléidoscopes ainsi qu’un bol chantant de l’Inde.

Selon une biographie de John Lennon publiée en 1988, le chanteur aurait réussi à se débarrasser des sa dépendance à l’héroïne en 1979 avec l’aide de 90 minutes de flotte à l’intérieur d’une boîte en bois de cèdre. La crise du SIDA a mis un frein à l’enthousiasme que les bains flottants généraient dans les années 80. Même à ce jour, les centres de flotte se font une priorité de faire part de la propreté et du haut degré de filtration des eaux pour sécuriser les clients qui craignent la transmission de maladies.

Pour une somme de 34 USD, on peut maintenant se procurer des plans pour bâtir son propre bain-flottant sur le site IsolationTankPlans.com avec des matériaux moyennant un coût de 2750 USD. La compagnie « Zen Float » dit offrir le bain-flottant « tent-tank » le plus abordable jamais fait pour une somme de 1800 USD. La compagnie a atteint son objectif de 90 000 USD, sur « Kickstarter » en moins d’une semaine en avril 2014 et on vendu 186 unités avant que leur période d’un mois de « funding » se termine.

On voit de plus en plus d’adeptes qui repoussent les limites de la flotte à des niveaux de marathoniens avec des sessions d’une durée moyenne de 3 à 6 heures. Le centre « Float On » a des clients qui sont dans les bains pour 12 heures et un cas qui fait des sessions de 24 heures avec des pauses pour aller aux toilettes.

AN RONG XU FOR THE NEW YORK TIMES

AN RONG XU FOR THE NEW YORK TIMES

Article original “Sensory Deprivation Tanks Find New Converts ” de COURTNEY RUBIN publié le 2 décembre 2015 dans le New-York Times traduit et résumé par Philippe Lepailleur pour le Spa Ovarium.