ovarium_rentree_article_douleur_blog_vFinal

En apesanteur contre la douleur!

Un article de Gordon Pigeon

Vous en avez marre d’avoir mal ? Alors libérez-vous du poids de la souffrance en vivant l’apesanteur ! L’Ovarium propose des expériences de flottaison dont l’efficacité contre la douleur a été maintes fois observée.

Lors de sa création en 1982, l’Ovarium était le premier centre du genre au Québec. Quelques années plus tard, il était le plus important au Canada. Il est devenu le plus gros centre de bain-flottant au monde à l’aube des années 2000.

Mais qu’est-ce qu’un bain-flottant ? Il s’agit simplement d’une capsule d’isolation sensorielle dans laquelle on flotte sans effort. On peut même y dormir ! Le secret de ce tour de magie ? Le corps repose sur une solution aqueuse composée de 2 000 tasses de sel d’Epsom… dissoutes dans autant de tasses d’eau.

L’Ovarium possède six bains-flottants, dont trois en forme d’oeuf. L’eau soyeuse de cette douillette coquille est maintenue à une température idéale, soit celle du corps. On y flotte à son gré avec ou sans musique, avec ou sans lumière. Le client peut en outre aisément ajuster l’ouverture de la porte à l’aide d’un dispositif de contrepoids unique. Une session dure habituellement 60 minutes, pendant lesquelles on échappe inéluctablement à l’emprise du quotidien.

Apesanteur et hormones contre la douleur

Jogging, vélo, Pilates, les occasions de se tenir en forme ne manquent pas. D’ailleurs, l’activité physique régulière est non seulement une source d’intense satisfaction mais également un atout essentiel au maintien d’une bonne santé, physique et psychique. Malheureusement, le corps est une machine complexe, à la fois forte et délicate.

Fracture d’un membre, entorse lombaire, déchirure d’un ligament, douleur arthritique, une panne peut survenir à tout moment. Or, qu’ont en commun ces ennemis du bien-être ? La gravité terrestre. Bizarre ? Pas quand on y pense vraiment. En effet, lorsqu’une pression s’exerce sur une région endolorie, un muscle trop étiré par exemple, le corps se plaint. Avec raison : la pression accentue le problème. À l’inverse, donc, l’inflammation, par exemple aura tendance à se dissiper lorsque cette pression baisse. Ce qui favorise évidemment le processus de guérison.

Bref, le relâchement des muscles et des tissus induit par l’état d’apesanteur est susceptible d’amoindrir la douleur. Plusieurs médicaments analgésiques sont d’ailleurs prescrits à cet effet. Le recours à la glace s’inscrit dans la même approche. Le bain-flottant produit cette décontraction de façon naturelle… et chaleureuse. Il peut donc contribuer à réduire l’intensité de la douleur, bien au-delà de la durée d’une session de flottaison.

Autre phénomène qui entre en jeu : en état d’apesanteur, les lésions éprouvent davantage de difficulté à acheminer leur signal de détresse au cerveau. Un très profond état de relaxation réduit en effet l’anxiété. Or, il est reconnu que l’anxiété a tendance à intensifier la perception de la douleur. Au contraire, une source de plaisir distrait le cerveau et l’amène à se concentrer ailleurs, limitant du coup la perception de la douleur. Ainsi, une fois perturbée la connexion entre le siège de la douleur et le cerveau, ce lien de communication est plus difficile à rétablir.

Enfin, le bain-flottant soulage la douleur par la production d’hormones associées à la sensation de bien-être. Parmi celles-ci figurent notamment les endorphines, qui agissent comme un analgésique naturel. Certes, l’effet chimique de ces hormones n’est que de courte durée. Néanmoins, leur synergie avec les autres modes d’action du bain-flottant en accentue l’impact.

Une approche holistique

La synergie entre le relâchement des tensions profondes, la relaxation extrême et la production d’hormones bénéfiques influence l’attitude globale de la personne éprouvée. Tel est le secret du bain-flottant : la conjugaison de plusieurs vecteurs anti-douleur. Voilà pourquoi son effet s’étend bien au-delà de la session de flottaison. Un phénomène dont témoignent bien des gens éprouvés par la souffrance. Par ailleurs, plusieurs études scientifiques viennent étayer l’efficacité du bain-flottant pour se libérer de la douleur.[1]

Finalement, de par sa nature même, le bain-flottant possède d’autres vertus fort appréciées. Par exemple, la quantité phénoménale de sel d’Epsom dont est saturée l’eau sur laquelle on flotte apporte de surprenants bienfaits à l’organisme. Selon les recherches menées à cet effet, cette solution aqueuse favorise…

  • l’élimination des toxines;
  • l’absorption de l’oxygène et des nutriments;
  • la réduction de l’inflammation;
  • la diminution du niveau de stress et d’anxiété, etc.

Somme toute, se reposer dans un lit de sel d’Epsom, c’est profiter d’une foule de propriétés plus que bienvenues lorsque l’on a mal.

[1] « The Book of Floating – Exploring the Private Sea » relate un bon nombre de recherches scientifiques appuyant les effets bénéfiques du bain-flottant. Rédigé par Michael Hutchison, un auteur spécialisé dans l’exploration des neurotechnologies, il a été publié par Gateways Books and Tapes.

                                                                                                                                                                                                

3 comments

  1. Michael oconnor

    Je confirme en état d’apesanteur dans un Bain flottant…les douleurs de la région pelvienne et périnéale semble se dissoudre dans la flottaison…un grand merci …ovarium…

    • Marie-Claude Bourque

      En effet,  Michael O’Connor, je confirme aussi que flotter aide à faire fondre les tensions! Et ça s’explique!  On sait que le corps se « tasse » durant la journée, sous l’effet de la gravité. Durant la nuit, couché sur le dos, le corps reprends sa grandeur. Dans le bain-flottant, c’est encore mieux car on flotte!  Et j’ai souvent la sensation que mes tensions se défont et mes fascias de délient en trois dimension dans le bain-flottant!